Bonjour à tous,

Aujourd’hui je vais vous parler du livre « Pas de pitié pour Martin » de Karin Slaughter.

Biographie de l’auteur.

Karin Slaughter est une écrivaine américaine née le 6 janvier 1971 en Géorgie.

Auteur de policier et de thriller sa carrière débute en 2001 avec son premier roman policier « Mort aveugle », un best-seller traduit dans une quinzaine de pays.

Carte d’identité du livre.

Pas de pitié pour Martin de Karin Slaughter
Roman traduit par Pierre Demarty
Paru en France aux éditions Grasset & Fasquelle en 2009
Format poche : 139 pages
ISBN : 978-2-253-12887-8

Le synopsis.

Martin Reed est un quadragénaire médiocre et poisseux, à quarante ans il vit encore chez sa mère dont il est le souffre-douleur. Humilié aussi bien dans la vie privée qu’au travail, la vie de Martin bascule le jour où il est accusé du meurtre d’une de ses collègues.

Mon avis.

S’il vous arrive de vous sentir en manque de chance, il faut lire cette histoire ! Martin est un type médiocre sans aucune ambition, sa vie est rythmée par son travail et sa mère qui se plait à le faire souffrir. Pourtant Martin est attachant, la pitié qu’il dégage le rend étrangement sympathique.

La malchance s’acharne sur Martin, il est le souffre-douleur, le pigeon, celui dont tout le village se moque, et c’est drôle à voir. On se sent amusé en découvrant les malheurs de Martin : que ce soit avec sa mère, qui se sert de groupes de soutien pour parent de gays et lesbiennes pour humilier son fils, ou sa secrétaire qui prend plutôt la place de son supérieur. Le problème de Martin c’est qu’il se laisse faire, il se laisse porter par le vent et prend les choses comme elles viennent.

Les choses changent quand l’inspectrice Albada fait irruption dans sa vie pour l’accuser du meurtre d’une collègue. Tout semble désigner Martin comme le coupable idéal, pourtant l’inspectrice Albada, prise de pitié pour Martin, aura un doute sur ce fait.

L’histoire prend une tournure dramatique avec l’accusation de meurtre tout en gardant un aspect comique à la situation de Martin qui se retrouve dans une situation complexe, ne pouvant pas fournir d’alibi pour ne pas avoir honte devant l’inspectrice dont il est amoureux.

Conclusion.

Malgré l’aspect dramatique, on ne peut qu’avoir un rire cynique face aux déboires de Martin et se demander comment il va réussir à s’en sortir. L’histoire est courte et bien rythmée, les événements incriminants s’enchaînent pour Martin qui ne peut prouver son innocence.

C’est une histoire qui se lit en moins de deux heures, idéal si vous vous retrouvez à devoir patienter quelques part.

Source:
Page Fnac du livre

Partagez