Les chroniques de John

La lecture est la clé de la liberté

Science-fiction

« e-Storic » par Thomas Palpant

Couverture de Matthieu Biasotto

Couverture de Matthieu Biasotto

Que se passerait-il si du jour au lendemain l’historique internet du monde entier venait à se trouver public ? Si en un clic quelqu’un pouvait tout connaitre de votre vie numérique ? C’est le propos d’e-Storic.

Bonjour les amis et bienvenue dans cette nouvelle chronique !

Vous l’aurez compris, aujourd’hui nous partons vers le monde de l’internet. Et ce n’est pas pour flâner dans des boutiques ou regarder des vidéos de chiots trop mignons. Non, loin de là, Thomas Palpant nous invite par son récit d’anticipation à prendre la mesure de la place d’internet dans nos vies, et ce avec une évolution (largement probable) des dérives que tout ceci pourrait engendrer.

L’auteur.

Très tôt déjà, Thomas Palpant imaginait des récits d’aventure dont les héros triomphaient de mille embûches.

Tombé dans la marmite de l’écriture quand il était petit, pour lui les mots forment une mélodie dont il faut soigneusement étudier l’équilibre, afin qu’ils produisent le meilleur « son » possible.

Passionné par les nouvelles technologies et la manière dont nos sociétés évoluent à leur contact, c’est tout naturellement qu’il s’est tourné vers une histoire d’anticipation pour son premier roman, E-STORIC.

Avant d’enchaîner sur une histoire feel-good dédiée à la nouvelle addiction reine de nos sociétés modernes, les smartphones !

https://www.facebook.com/thomaspalpantauteur/

https://www.instagram.com/thomaspalpant/

Biographie page Amazon de l’auteur.

Synopsis.

En quelques décennies, le web a tout révolutionné : communication, consommation, travail, divertissement… au point d’en devenir vital pour tout un chacun, l’oxygène qui fera respirer le monde de demain.

Mais que se passerait-il si toutes nos activités numériques, des plus anodines aux plus inavouables, avaient été répertoriées minutieusement depuis les années 90 pour être subitement dévoilées au grand jour, à la vue de tous ?

À travers un roman d’anticipation glaçant sur les tourments et excès de notre société connectée, plongez comme si vous y étiez au cœur de la crise qui vit Internet s’effondrer.

« Thomas Palpant a tapé dans le mille avec cette histoire qu’on imagine bien se réaliser un jour. Les personnages sonnent juste et on tourne les pages sans pouvoir s’arrêter, pris dans le tourbillon. Il y a beaucoup de romans d’anticipation. Il y en a des bons et des moins bons, mais celui-ci se classe clairement dans le haut du tableau. »
Luca Tahtieazym, Plume Francophone 2017.

L’histoire.

Tout commence un 17 février avec un jeune lycéen (le narrateur de l’histoire, dont je dois reconnaître avoir totalement oublié le prénom…) qui passe quelques heures hors connexion pour préparer son bac. Ce n’est qu’en rentrant chez lui qu’on l’informe de la bombe qui vient d’arriver sur internet : e-Storic.

e-Storic, un site qui permet de dévoiler tout l’historique d’une personne en y entrant simplement le nom et la date de naissance de cette dernière. Une entité numérique qui a soigneusement enregistré le parcours internet de chaque utilisateur à son insu, et qui a décidé de le rendre public.

Tout d’abord pressenti comme un canular, l’ado fouille un peu plus dans son passé numérique et se rend très vite compte de l’exactitude des données affichées… Tout y est ! Il accuse alors son cousin de lui avoir fait une supercherie, mais ce dernier n’en est pas responsable. Inconnus comme personnages politiques, absolument personne n’est épargné par cette fuite de données sans précédent !

On pourrait croire que le site se trouverait rapidement mis hors ligne par les autorités, mais ce ne fut pas le cas. Et quand ils y parvinrent, ce ne fut qu’une question de temps pour que celui-ci réapparaisse, suivi de nombreuses copies afin de s’assurer que le service « e-storic » demeure en ligne, peut-être à jamais…

La crise que tous espérèrent passagère s’ancra donc dans la durée. Et, faute de pouvoir s’en débarrasser, devint très vite une « normalité » dans la vie. Créant une situation sans précédent et une méfiance envers l’internet, e-Storic provoqua la chute de l’économie financière, la naissance d’une nouvelle ère de crise. Parallèlement à cela, le site créa bon nombre de dérives que nous découvrons avec l’avancée en âge du personnage principal…

Mon avis.

Je ne voudrais pas trop vous en dire sur les dérives en question, préférant vous laisser la découverte de celles-ci et le loisir d’y consacrer vos réflexions, mais c’est édifiant !

« Et si on révélait l’historique de tout le monde ? » Cette question, je pense que Thomas Palpant en a largement fait le tour dans ce roman d’anticipation ! L’auteur se projette sur ce que ce genre de fuite pourrait apporter au monde, la manière dont ça impacterait la vie, tant personnelle que professionnelle, de chaque être ayant un jour mis les pieds sur internet. Des dérives qui par endroit dans le monde ne sont pas loin de devenir réalité ! Je pense par exemple au « score », une note qui sera attribuée à chaque personne en fonction de son historique et qui va établir une nouvelle norme de jugement sociétal des individus. (Coucou la Chine, comment va le projet de « crédit social » ?)

Édifiant, consternant, horripilant, les adjectifs ne manquent pas pour décrire ce que serait une crise de ce genre ! On découvre sur plusieurs années les implications et conséquences de la crise. Dans un premier temps une défiance contre internet fut instaurée, puis une nouvelle ère se lança avec l’installation d’e-storic dans les mœurs (peut-on en vouloir au monde de ne pas regarder à l’intérieur de la boîte de Pandore une fois celle-ci ouverte ?).
Sur le plan personnel, les amis viennent fouiller votre parcours, on vous juge fréquentable ou non, la famille s’en sert pour régler des comptes. Professionnellement, il serait réducteur de dire que cela attire l’œil des recruteurs, que les publicitaires ne crient pas « Alléluia » devant cette mine d’or qui leur permet un ciblage d’une efficacité redoutable…
Ce sont tout un tas de situations auxquelles sont confrontées les personnages de ce récit et qui, on ne peut le cacher, se trouveraient d’une effrayante exactitude si une telle chose venait à se produire véritablement dans le monde !

On débranche internet ?

La réflexion est au cœur de ce récit. Comment une telle fuite de données se déroulerait ? Quel accueil en aurait le monde ? Quel usage en ferait-il ? Tout cela se dévoile au fil du récit et du temps qui passe pour notre jeune lycéen devenu universitaire, puis jeune actif…  Et il est troublant de se dire que l’hyper connectivité pourrait amener à ce genre de situation. Internet collecte en permanence des données, sur tout et tout le monde, il est inscrit quelque par que vous avez lu cet article. Et bien qu’il y ait des lois pour encadrer et empêcher ce genre de dérive (on peut citer dernièrement le RGPD dont tout le monde a dû entendre parler concernant l’encadrement des données collectées). Rien ne garantit véritablement que ce ne sera pas utilisé d’une autre manière !
C’est une réflexion apportée par le récit, une autre est notre propre rapport à la technologie, sa présence constante dans nos vies.  Sur ce point nous pourrions faire un parallèle intéressant avec « Citoyen+ » par Audrey Pleynet où il était question de la place de la technologie et de ce besoin d’exposition et de contrôle de l’image que l’on renvoie.

J’ai particulièrement apprécié l’ouverture sur les possibilités que ce phénomène engendrerait : ceux qui couperaient tout internet pour revenir au réel, aux commandes par catalogue, lettre papier etc., ceux qui en ferraient un avantage voire une arme, ceux qui s’obstineraient à améliorer leur score pour mieux paraître, ceux qui s’en foutraient complètement…
Il y a une étendue des possibilités qui est minutieusement étudiée dans ce roman et qui se dévoile avec simplicité, et sans charabia informatique (il y a quelques termes que l’auteur a eu la présence d’esprit d’annoter au cas où on ne les connaîtrait pas).

Conclusion.

C’est un roman qui frappe fort mais avec une extrême justesse. On sent toute la réflexion qu’a eue Thomas Palpant sur ce sujet, et cela à toutes les échelles ; individuelle, professionnelle, gouvernementale, mondiale !
Si il y a bien une certitude sur ce roman c’est qu’à l’image d’e-Storic l’auteur n’a rien épargné (ni personne) pour proposer ici un texte véritablement complet sur un futur probable. Un futur qui d’ailleurs est peut-être déjà présent…

Contrairement à ce qu’il pourrait paraître, je ne dirais pas qu’il s’agisse ici d’une mise en garde contre l’internet, mais plutôt d’une invitation à mieux comprendre cet outil et les usages qu’il pourrait en être fait autant pour nous que contre nous. Il est incontestable que cet outil devenu si banal à nos vies et sur lequel s’appuie une part importante de l’économie demeure jeune et bien souvent plus rapide que les lois qui souhaiteraient l’encadrer afin de « protéger » la population (c’est tout un débat dans lequel je ne rentrerais pas ici). Et e-Storic fait parti de ces dérives que tente de contrôler la loi avant qu’elles ne puissent se produire et entraîner les répercutions auxquelles des auteurs comme Thomas Palpant ont songé.

Un livre à lire ? Oh que oui !
Un auteur à suivre ? Absolument !
Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire… Lisez ce roman 🙂
En espérant ne pas voir ce phénomène en dehors du livre, quoi que… Sur écran ça pourrait être très intéressant !


Carte d’identité du livre.

Titre : e-Storic : le jour où internet s’effondra
Auteur : Thomas Palpant
Edition : auto-édition
Nombre de pages : 298
ASIN : B07QCQH1J6
Obtention : Service de Presse (SP)

Lien amazon, c’est par ici !

Partagez

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :